Voilà maintenant qu’elle se prend à rêvasser. Elle aime bien rêvasser. Certains diront que rêvasser cela ne sert à rien. C’est perdre du temps. Ce n’est pas productif. C’est être hors du réel, du concret. Elle, elle trouve qu’au contraire rêvasser cela sert à aller plus loin. C’est se donner la possibilité de se laisser porter loin pour mieux revenir. C’est être capable d’imaginer sa vie, de la nourrir, de s’échapper parfois. C’est se donner les moyens de réfléchir, de se souvenir.

Et pour le coup elle se souvient. Elle se souvient de ces 3 derniers jours. 3 jours ce n’est rien dans une vie mais ces 3 jours ci sont quand même particuliers dans cette vie. 3 jours de folie douce, à se laisser porter par le souffle de la bienveillance. 3 jours de sensation irréelle de connaître les personnes sans les avoir jamais connues pour certains, d’en revoir d’autres au bout d’une année alors qu’ils avaient l’impression de s’être quittés la semaine d’avant. La sensation d’avoir tellement attendu que la chose se passe et se retrouver un peu perdue au milieu de tout ce flux.

3 jours durant lesquels elle a laissé sa routine pour devenir exubérante et hurler sa joie d’être avec eux alors que quelques jours auparavant elle appréhendait énormément, sans se l’avouer, ces retrouvailles. Oui, parce qu’elle est comme cela, pétrie de contradictions. Et cela se révèle même dans sa façon de bouger, de paraître aux yeux des tiers. Distante quelque peu, elle est capable de rire de manière tonitruante pour manifester son plaisir d’être là.

Alors, elle en a profité. Tant et plus. Jusqu’à la lie. Et ils le lui ont bien rendu. Au centuple. Elle se souvient.

Parce que durant ces 3 jours dans cette vie, la notion d’individualité, de cynisme, d’égoïsme n’avaient pas lieu d’être. Chaque protagoniste savait pourquoi et pour quoi il était là. Le partage, la convivialité … ces mots si branchés aujourd’hui et si usités pour se raccrocher à des valeurs véritables ont trouvé leur sens premier. Et cela fait du bien bordel !

Elle la sauvage, l’indépendante qui ne veut pas, qui ne veux plus de chaînes. Elle qui veut choisir ses propres contraintes et non plus subir les contraintes que pourrait lui imposer le monde extérieur. Elle qui se met encore des barrières de peur de paraître déplacée ou par timidité au risque de paraître inaccessible et bien elle s’est retrouvée à câliner à tour de bras .. truc de dingue. Et cela fait du bien.

Alors quand les « au revoir » retentissent et que le carrosse est sur le point de partir, elle fait la fière et son indépendante mal placée pour ne pas sentir ce petit pincement au coeur. La vie reprend déjà son cours et elle se souvient que ces 3 jours dans cette vie resteront longtemps présents dans son esprit. Et elle dit juste « MERCI » !

1918077_10153651745763042_9123787042512127859_n

Au début, je voulais vous raconter une histoire totalement barrée sur le rêve et la sensation d’être une tartine. Genre: elle se trouvait là, alanguie sur son transat. Elle se sentait bien, toute moelleuse et étendue, offerte au 1er qui la cueillerait. Elle se sentait comme … une tartine ! Digne de la meilleure des fumettes en matière d’histoire.

Et puis, finalement non. Je voulais juste vous retranscrire les sentiments qui m’avaient parcourue tout le long de ces 3 derniers jours. La photo vaut toutes les histoires, vous ne trouvez pas ?

Alors comme il faut bien une recette pour accompagner ces quelques mots, je vous propose bien une tartine qui fera venir le soleil dans ton coeur et la chaleur dans ton corps comme ces 3 jours.

Je vous présente: La tartine au crémeux d’avocat façon Méditerranée et Bethmale

_DSC4813

Il vous faudra pour 4 tartines

4 tranches de pain de campagne aux graines

1 avocat bien mûr

1 citron jaune

2 CS d’huile d’olive

4 tranches de Speck

12 tomates confites

4 câpres au sel

4 olives noires

Un morceau de Bethmale

_DSC4805

Et comment qu’on fait ?

Le crémeux d’avocat.

A la fourchette, écraser assez finement l’avocat que vous aurez épluché et dont vous aurez enlever le noyau. Arroser de jus de citron pour que la chaire de l’avocat ne s’oxyde pas ainsi que l’huile d’olive. Rectifier l’assaisonnement selon votre goût en sel et poivre.

Le dressage

Tartiner chaque tranche de pain avec le crémeux d’avocat. Monter la tartine avec la tranche de Speck, 3 tomates séchées (soient entières soit taillées en lanières), une olive noire et une câpre. Terminer en déposant des lamelles de Bethmale (ici de mon fromager « La Fromagerie Boïenne »)

Servir de suite.

_DSC4728

Et comment que c’était ?

La douceur de l’avocat est ici rehaussée par la câpre. Le confit de la tomate est équilibré par les arômes si particuliers du Bethmale que vous encourage vivement à essayer si vous ne connaissez pas ce fromage. Bref, une tartine qui fait le grand écart des goûts mais qui trouve son essentiel en bouche. C’est un peu le but recherché non ?

A très vite !

Crédit photos @sandrahygonnenc

Merci à Audrey, Laetitia, Tran, Nathalie, Marie, Laurence, Stéphanie, Stéphane, Thierry, Loan, Amabelle, Laurent, Franck, Patrick, Damien, Bruno, Stéphane, Patricia, Pascale, Cath, Gaby, Céline, Delphine et tous les autres pour ce que vous êtes … ne changez rien. Restez gourmands ! #FoodInvaders #InvasionCulinaire

 


6 Commentaires » for Rêveuse … la tartine au crémeux d’avocat et Bethmale
  1. Je comprends mieux pourquoi l’on se comprends, ton message me parle et me fait penser à une personne qui cohabite avec moi depuis 37 ans. Magnifique ne change rien je t’embrasse madame.

    • Cook N'Tinem dit :

      Que te dire que tu te doutes déjà. Ces 3 jours l’ont bien montré. Merci pour ton amitié mon Machin ! En Rouge et Noir Forever. Je t’embrasse Coupain.

  2. Garcia dit :

    Merci d’avoir mis en mots ce que je ressents et d’avoir fait monter quelques larmes …
    Ne change pas, je t’embrasse très fort.

    • Cook N'Tinem dit :

      Quel plaisir de t’avoir revue Céline. Merci pour ta présence et ta joie. Voir Audrey heureuse de t’avoir à ses côtés a été un vrai bonheur. A mon tour de t’embrasser très fort.

  3. cath dit :

    les mots, c est comme ce qu on met sur les tartines : il en faut peu pour que ca t explose a l interieur… merci pour etre ce melange si etrangement deraisonnable et raisonne a la fois et vivement un livre avec et autour de ce cocktail de sentiments, de mots et de mets….

    • Cook N'Tinem dit :

      A toi ma fan n°1 de mon écriture, je te dis MERCI ! Merci de croire en moi, à mes mots si difficiles à sortir parfois. Plus le temps avance et plus je me dis que moi aussi je voudrais être une entrepreneurE artiste comme le dit si bien l’OVNI que je suis en train de dévorer. Prends soin de toi, Cath.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Cook N'Tinem, une expérience culinaire sur-mesure, savoureuse et multi-sensorielle -