Un menu de Noël, un menu dédié au mois de Décembre. Ce mois si particulier pour tout en chacun pourvu que nous croyions à une certaine magie ambiante.

Une magie que l’on retrouvera sous différentes formes, visibles ou non. Un feu de cheminée qui crépite. Une tasse de chocolat chaud au creux des mains. La lueur d’une bougie de l’Avent. Des sablés à la cannelle pour nous réchauffer l’âme.

Mais aussi, une petite main que l’on serre tendrement au creux de la sienne. Un doux sourire qui nous effleure l’âme. Un regard rempli de rêves lumineux pour qui sait percevoir les jolies choses de la vie en cette période des Fêtes.

Cependant, à la lisière de ces images d’Epinal, d’autres choses peuvent affleurer et faire tourner au vinaigre la préparation d’un tel événement. Une chose très simple s’il en est … de celle qui serait relevée haut la main pour toute Bree Van de Kamp qui se respecte. La préparation du dîner du Réveillon !

De quoi se donner des sueurs froides. La tremblante. L’amnésie même. De quoi transformer en champs de bataille toute maisonnée bien rangée si la pression s’installe. Car cette question lancinante revient vous hanter tous les ans à la même période, pour peu que vous ayez encore perdu à la courte paille sur la question « Qui se coltine le dîner du Réveillon de Noël ? » Oui, je sais … il n’y a pas de justice.

Pendant plusieurs semaines, vous écumerez vos livres de cuisine, les magazines spécialisés, vos carnets de note en vous  demandant « Qu’est ce que  je vais bien pouvoir préparer ? Pourquuuooooiiii j’ai perdu à la courte paille ? Univers, sauve moi ! »

Une dinde fourrée aux marrons ? Attention à ne pas vous retrouver la tête dans le fondement de l’animal comme Mr Bean (cela peut être un style … ou pas). Un menu de Noël tout veggie ? Mais vous risquer de vous attirer les foudres de votre oncle Zeus euh non, René qui ne comprend toujours pas l’intérêt d’un repas végétal tss tss. Ou bien en dernier ressort, vous vous jetterez sur le menu que vous proposera le traiteur de votre quartier pour la paix du service en argent de Mamie Rosalie.

Pas de cela ici. Ici, nous ne sommes que paix et amour (ainsi que flocons de neige ah ah!). C’est pourquoi, pour le mois de Décembre, j’ai décidé de vous concocter un menu de Fêtes qui marchera à tous les coups jusqu’au 31 Décembre, jour de cotillons (à retrouver ICI). Et parce que je suis TROP sympa, avec mes acolytes Sandra et Lyne nous avons travaillé sur la mise en scène de 3 recettes.

En voici l’Entrée sous vos applaudissements !

Je vous présente donc: Noix de Saint Jacques snackées, réduction ponzu, farandole de radis pour un menu de Noël sans prise de tête

Il vous faut pour 4 personnes:

12 Noix de Saint Jacques

2 avocats

1 radis redmeat

1 radis noir

1 citron confit

4 poignées de salade de moutarde ou de la roquette

1 oignon rouge

5 cl de sauce ponzu (épicerie fine sur le net comme Umami)

25 grammes de beurre demi sel

150 grammes de sucre

40 cl de vinaigre de cidre

1 petite grenade

1 citron vert

2 pincée de piment paillette « Sacré Français »

Et comment qu’on fait ?

Préparer le crémeux d’avocat

Prélever la chair des avocats. Dans un blender, mixer la chair des avocats avec le jus du citron vert, 10 cl d’huile d’olive, le piment paillette et du sel en QS. Mixer jusqu’à obtenir une consistance lisse. Assaisonner selon votre goût selon que vous aimez épicé ou pas. Mettre en poche à douille et réserver.

Préparer les pickles d’oignon rouge

Eplucher l’oignon rouge. Le tailler en quartiers. Dans une casserole, disposer les quartiers d’oignon rouge. Ajouter le sucre et le vinaigre de cidre. Porter à frémissement et faire cuire pendant 30 minutes. Eteindre le feu. Réserver les pétales de pickles d’oignon sur une assiette et laisser refroidir.

Préparer les radis

Eplucher les radis. Les émincer finement à l’aide d’une mandoline. Avec un emporte pièce de 35 mm détailler des disques de radis redmeat et de radis noir. Comptez 12 unités de chaque.

Préparer les Noix de Saint Jacques

Enlever les impuretés qui peuvent rester sur les noix. Dans une poêle bien chaude, faire fondre le beurre pour qu’il devienne mousseux. Disposer les noix de Saint Jacques et les faire saisir pendant 1 minute de chaque côté. Les réserver sur une assiette recouverte d’un papier absorbant. Remettre la poêle sur le feu, gratter les sucs et ajouter la sauce ponzu. La faire réduire pour avoir une consistance de sirop.

Le dressage

Sur une assiette, disposer joliment la salade de moutarde ou de roquette. Disposer ensuite 3 Noix de Saint Jacques, puis des disques de radis redmeat et de radis noir. Ajouter des lamelles de pickles d’oignon rouge ainsi que des graines de grenade. Pocher des petits dômes de crémeux à l’avocat. Terminer en versant de la réduction de ponzu et en disposant des filaments de citron confit.

Servir de suite.

Et comment que c’était ?

C’est subtil. L’acidité du pickles est équilibrée par la douceur piquante du crémeux d’avocat. La Noix de Saint Jacques juste nacrée est réveillée par la sauce ponzu et les radis. Une entrée pour un menu de Noël simple à réaliser qui en mettra plein la vue de par son dressage, à n’en pas douter.

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Cook N'Tinem, une expérience culinaire sur-mesure, savoureuse et multi-sensorielle -